Nos tutelles

CNRS UNS

Nos partenaires

ILF MSHS-SE

Rechercher




Accueil > Formation > Doctorat > Thèses en cours > Attention mentale et métacognition : Quel rapport avec la gestion des ressources cognitives en mémoire ? L’exemple de la production écrite

Rosa Volpe [2012 - ]

Attention mentale et métacognition : Quel rapport avec la gestion des ressources cognitives en mémoire ? L’exemple de la production écrite

Sous la direction de Lucile Chanquoy

Cette thèse étudie l’effet sur la performance à l’écrit du développement des connaissances et des habiletés métacognitives censées faciliter l’accès aux connaissances stockées en mémoire et favoriser une meilleure gestion des ressources mentales en mémoire de travail. Étant donné la fonction de contrôle que l’attention exerce sur le transfert des connaissances en mémoire (de la mémoire à long terme à la mémoire de travail), cette recherche prédit que l’intervention explicite de la métacognition lors du développement cognitif de l’enfant permettrait une meilleure gestion des ressources cognitives et résulterait en l’augmentation de la capacité en mémoire de travail. L’hypothèse est alors émise selon laquelle, confrontés aux difficultés d’une épreuve d’écriture, les enfants de l’école primaire parviendraient à élaborer de nouvelles stratégies leur permettant de s’affranchir de la complexité de la tâche. Ainsi, la perspective défendue ici est celle de l’anticipation de la gestion de la tâche visant à transformer une situation complexe en situation facilitatrice grâce à un entraînement guidé. Une situation est facilitatrice lorsqu’elle permet d’activer spontanément des schèmes appropriés à la résolution de problème. Retour ligne automatique
La question suivante se pose alors : le fait d’entraîner le développement des connaissances et des capacités métacognitives chez les enfants pourrait-il contribuer à former des habiletés d’activation spontanée – ou automatique – des connaissances censées leur faciliter la réalisation d’une tâche ? Définie en termes de « penser la pensée », la métacognition comprend le guidage et le contrôle. Le guidage touche aux connaissances métacognitives ; celles-ci font partie des connaissances déclaratives et relèvent des représentations mentales du scripteur. Le contrôle est en lien avec les habiletés métacognitives, qui sont, quant à elles, considérées comme des connaissances procédurales et visent à activer les stratégies pertinentes à la gestion et au contrôle des connaissances métacognitives. Cette thèse comprend deux parties, l’une théorique et l’autre expérimentale.
 
Mots clés : Mémoire de travail, mémoire à long terme, attention mentale, production écrite, métacognition, activation, inhibition, métasujet, développement cognitif, opérateurs constructifs, guidage, contrôle.
 

publié par Pierre-Aurélien GEORGES - mis à jour le