Nos tutelles

CNRS UNS

Nos partenaires

ILF MSHS-SE

Rechercher




Accueil > Formation > Doctorat > Thèses en cours > Impact des ressources cognitives et des stratégies d’écriture sur la qualité des textes produits par des enfants d’âge scolaire

Lionel Goudot [2016 - ]

Impact des ressources cognitives et des stratégies d’écriture sur la qualité des textes produits par des enfants d’âge scolaire

Sous la direction de Lucile Chanquoy

La production écrite est une activité primordiale pour les apprentissages de l’école primaire et son expertise reste un enjeu fondamental pour la réussite scolaire. Certaines activités préparatoires ou stratégies d’écriture, comme l’utilisation du brouillon précédant la production écrite, peuvent servir de supports privilégiés pour soutenir les processus de production écrite dans la démarche rédactionnelle afin d’en améliorer l’acquisition ou l’efficacité. Ces processus spécifiques sont en partie dépendants des capacités et de l’efficience de certaines composantes et ressources cognitives qui sont soumises à des variations individuelles et développementales.
Cette thèse propose de se focaliser sur l’usage du brouillon et sur les types de brouillons qui pourraient se révéler les plus efficaces dans la préparation à la rédaction. En effet, la question de l’importance à accorder au brouillon d’un point de vue scolaire et pédagogique est relativement récente et les recherches portant explicitement sur la relation entre l’élaboration d’un brouillon, son évaluation et la qualité des textes produits sont assez peu nombreuses (De La Paz & Graham, 2002 ; Spivey & King, 1989). Celles qui concernent cette thématique à l’école primaire sont encore plus rares (Berninger, Whitaker, Feng, Swanson, & Abbott, 1996 ; Chai, 2006 ; Olinghouse & Graham, 2009 ; Piolat & Roussey, 1996). Il est également envisagé dans ce projet une exploration du rôle spécifique de la mémoire de travail visuo-spatiale dans l’activité rédactionnelle à partir du modèle de Kellogg (1996). En effet, lors des étapes de planification et de production d’un récit, le rédacteur fait appel à des représentations mentales des lieux, des événements, des personnages et de leurs actions et le recours à la production de ces images mentales pourraient être plus ou moins efficaces selon les capacités cognitives liées aux compétences visuo-spatiales et de planification. Cette problématique rejoint notamment certaines études qui établissent des liens entre les compétences visuo-spatiales et la production écrite (pour exemples, Kellogg, Olive & Piolat, 2007 ; Olive, Kellogg & Piolat, 2008).
 

Voir en ligne : Theses.fr

publié par Pierre-Aurélien GEORGES - mis à jour le