Nos tutelles

CNRS UNS

Nos partenaires

ILF MSHS-SE

Rechercher




Accueil > Formation > Doctorat > Thèses en cours > Étude des structures résultatives de l’anglais et de leur traduction en français

Dijana Bojovic [2015 - ]

Étude des structures résultatives de l’anglais et de leur traduction en français

Sous la direction de Jean-Marie Merle

Les études déjà effectuées (Carrier et Randall, 1992 ; Goldberg er Jackendoff, 2004 ; Lidz et Williams, 2002 ; Rappaport Hovav et Levin, 2010 ; Simpson, 1983) sur les structures résultatives datent essentiellement de ces deux dernières décennies. En France, les études sont peu nombreuses (Rivière, 1995 ; Merle, 2008 ; Grône, 2014). Aucune étude systématique de leur traduction n’a été effectuée (même si elles illustrent le procédé de traduction dit chassé croisé, chez Vinay & Dalbernet, 2003 et chez Chuquet & Paillard, 1987).
Basée sur plusieurs corpus - British National Corpus, Corpus of Contemporary American English, Gallica, Gutenberg et Frantext - cette étude est effectuée en mettant au point des procédures spécifiques à partir des caractéristiques connues du phénomène étudié, consistant à extraire des données à partir de différents corpus et en anglais et en français.
J’analyse les structures résultatives en anglais, leurs traductions en français et je cherche leurs équivalents en français à partir des bases de données et corpus déjà existants. Je construis ainsi un corpus composé de trois volets : le premier comportant les exemples anglais recueillis de manière systématique dans des corpus BNC et COCA, en créant des collocations et en lançant des recherches avec des variations, le deuxième réservé aux traductions en français de SR anglaises dont la recherche est faite à partir du premier volet (Gallica, FRANTEXT), et aux observations de leurs caractéristiques, et le troisième qui contient les structures résultatives existantes en français.
Le but de cette recherche contrastiviste est de faire deux études linguistiques – l’une sur la langue anglaise, l’autre sur le français – du phénomène des structures résultatives, pour chercher où commencent les divergences et pour quelles raisons. L’analyse des traductions, quant à elle, a pour but de systématiser les solutions rencontrées, d’en chercher la justification, et de dégager des constantes qui pourront apporter une aide à la réflexion et à l’autonomie du traducteur, apporter un éclairage supplémentaire sur ces structures qui conservent à l’heure actuelle une part d’opacité et qui se prêtent mal à l’analyse, et apporter si possible des outils supplémentaires à la traduction assistée par ordinateur (TAO).

Mots-clés : structures résultatives, linguistique contrastive, corpus, linguistique de corpus, syntaxe, traduction, cause, résultat, coprédication.

publié par Damon Mayaffre - mis à jour le