Accueil > Actualités > Le Cycle BCL > Créole et français régional en Louisiane : deux faces d’une même médaille ?

Cycle BCL - Thomas Klingler

Créole et français régional en Louisiane : deux faces d’une même médaille ?

Vendredi 17 mars, 14h30 - 16h30, Salle 213

Créole et français régional en Louisiane : deux faces d'une même médaille ?

Les linguistes reconnaissent depuis longtemps la contribution que l’étude des créoles français peut apporter à nos connaissances des variétés de français parlées dans les colonies aux XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi que celle que l’étude des français régionaux, descendants de ces variétés historiques, peut apporter à notre compréhension du développement des langues créoles (voir p.ex. Chaudenson 1992 et, plus récemment, Thibault 2011). L’examen en tandem du créole et du français régional peut être particulièrement éclairant lorsque les deux se parlent sur un même territoire, étant donné que, comme le fait remarquer André Thibault à propos des Antilles, « dans une optique historique, c’est . . . le créole qui est né est qui s’est nourri, dans un premier temps, du français local. Les deux variétés étant en contact étroit depuis l’époque coloniale, on peut dire que l’histoire du français et celle du créole aux Antilles sont les deux faces d’une même médaille » (2011 :11-12). Or, si les français régionaux des Petites Antilles et d’Haïti sont assez mal connus des linguistes – situation à laquelle le recueil de Thibault (2011) cherche à remédier —, celui de la Louisiane est en revanche relativement bien décrit, ayant fait l’objet de nombreuses études descriptives et sociolinguistiques portant sur son lexique, sa phonologie, et sa morphosyntaxe (p.ex. Conwell et Juilland 1963, Guilbeau 1950, Papen et Rottet 1997, Rottet 2001, et Valdman et al. 2009). Ces travaux, avec ceux qui ont comme objet la description du créole louisianais (Klingler 2003, Neumann 1985, et Valdman et al. 1998), font de la Louisiane un lieu privilégié pour confronter créole et français régional dans la perspective de permettre à chacun de mieux éclairer l’autre. L’objectif de cette intervention est de montrer, à partir de données contenues dans ces travaux ainsi que d’autres recueillies plus récemment sur le terrain, comment la comparaison du français régional de Louisiane et du créole louisianais peut aider à comprendre le développement de ce dernier.

Thomas KLINGLER, Université Tulane.

Réf. bibliographiques

Chaudenson, R. 1992. Des îles, des hommes, des langues – langues créoles, cultures créoles. Paris : L’Harmattan.

Conwell, M. et A. Juilland. 1963. Louisiana French Grammar I : Phonology, Morphology, and Syntax. La Hague : Mouton.

Guilbeau, J. 1950. The French spoken in Lafourche Parish, Louisiana. Thèse de doctorat inédite, University of North Carolina, Chapel Hill.

Klingler, T. 2003. ‘If I could turn my tongue like that’ : the Creole language of Pointe Coupee Parish, Louisiana. Bâton Rouge : Louisiana State University Press.

Neumann, I. 1985. Le créole de Breaux Bridge, Louisiane – étude morphosyntaxique, textes, vocabulaire. Hamburg : Buske.

Papen, R. et K. Rottet. 1997. A structural sketch of the Cajun French spoken in Lafourche and Terrebonne parishes. In Albert Valdman (éd.). French and Creole in Louisiana. New York : Plenum Press. 71-108.

Rottet, K. 2001. Language shift in the coastal marshes of Louisiana. New York : Peter Lang.

Valdman, A., T. Klingler, M. Marshall et K. Rottet (éds). 1998. Dictionary of Louisiana Creole. Bloomington : Indiana University Press.

Thibault, A. 2011. Le français dans les Antilles : présentation. In A. Thibault (éd.). Le français dans les Antilles : études linguistiques. Paris : L’Harmattan. 11-28.

Valdman, A. et al. 2009. Dictionary of Louisiana French : as spoken in Cajun, Creole, and American Indian communities. Jackson : University Press of Mississippi.

publié par Sophie Guetat - mis à jour le