Accueil > Formation > Doctorat > Thèses en cours > Apprentissage de l’orthographe, du vocabulaire, et de la syntaxe : effets des répétitions et du sommeil chez l’adulte et l’enfant

Raphaëlle Rebillart-Sauvaigo [2017 - ]

Apprentissage de l’orthographe, du vocabulaire, et de la syntaxe : effets des répétitions et du sommeil chez l’adulte et l’enfant

Sous la direction de Fabien Mathy & Émilie Gerbier

Le langage est une fonction complexe dont l’acquisition débute très tôt et qui englobe des capacités cognitives diverses. Son utilisation nécessite donc l’apprentissage d’un certain nombre de connaissances, telles que l’orthographe, la grammaire ou la sémantique. De manière générale, l’apprentissage implique différents systèmes de mémoire. On distingue classiquement un système déclaratif et un système non déclaratif (Squire, 2004). La mémoire déclarative se caractérise par un contenu verbalisable et accessible à la conscience. La mémoire non déclarative met en jeu, entre autres, les apprentissages de type procédural, c’est-à-dire la mémoire des habiletés et savoir-faire moteurs et cognitifs. Ces apprentissages peuvent s’exprimer sans verbalisation. Parallèlement, deux types d’apprentissage sont distingués : d’une part l’apprentissage explicite, qui résulte d’une volonté d’apprendre et est donc conscient au moment de l’apprentissage, et d’autre part l’apprentissage incident, involontaire et donc inconscient au moment de l’apprentissage.

L’apprentissage du langage nécessite des expositions répétées aux différents types d’informations et prend place sur plusieurs jours, semaines, voire années. Des périodes de sommeil sont donc naturellement intercalées entre ces différentes expositions, et influencent potentiellement les réapprentissages successifs. Or les études sur l’effet du sommeil montrent des résultats différents en fonctions du type de mémoire mis en jeu, du type d’apprentissage utilisé, et de l’âge des individus (Rasch & Born, 2013). Par exemple, un apprentissage explicite bénéficie systématiquement de la consolidation due au sommeil, que l’information soit stockée en mémoire déclarative ou procédurale. A l’inverse, la plupart des apprentissages incidents ne semblent pas bénéficier du sommeil, bien que celui-ci ait été observé dans des conditions particulières (Spencer et al., 2006). Cependant, l’apprentissage incident est majoritairement étudié par le biais de la mémoire procédurale. L’effet du sommeil sur l’apprentissage incident en mémoire déclarative est donc inconnu à ce jour. Chez l’enfant, un effet bénéfique du sommeil a été montré sur les apprentissages en mémoire déclarative (Backhaus et al., 2008). En revanche, les apprentissages procéduraux ne semblent pas bénéficier de l’effet du sommeil (Wilhelm et al., 2008) et pourraient même en être négativement impactés (Fischer et al., 2007).

Le « modèle déclaratif/procédural du langage » (Ullman, 2016) décrit comment l’apprentissage des différentes composantes du langage impliquerait de façon différentielle les deux systèmes de mémoire. Par exemple, l’apprentissage du vocabulaire et de l’orthographe dépendrait de la mémoire déclarative, avec toutefois la possibilité d’un apprentissage de type incident, par exemple lorsque de nouveaux mots sont acquis lors de la lecture. A l’inverse, les règles syntaxiques et les contraintes grammaticales seraient stockées en mémoire procédurale lorsque l’apprentissage est incident, mais pourraient aussi s’apprendre explicitement par mémorisation volontaire des règles. L’âge est un facteur modulant l’utilisation respective de l’un ou l’autre de ces systèmes : les enfants ont tendance à privilégier un apprentissage procédural car ce système est plus développé que le système déclaratif pendant l’enfance (Janacsek et al., 2012). A l’âge adulte au contraire le système déclaratif, pleinement fonctionnel, viendrait perturber l’acquisition par apprentissage procédural.

Ainsi, l’étude de l’effet du sommeil sur différentes composantes du langage pourrait permettre de préciser le rôle consolidateur du sommeil en fonction du type d’apprentissage, de la mémoire impliquée, et de l’âge des individus. Plus largement, cela permettrait de d’apporter de nouveaux éléments dans l’élaboration de nouveaux modèles de mémoire.

Voir en ligne : Theses.fr

publié par Pierre-Aurélien Georges - mis à jour le