Accueil > Actualités > Le Cycle BCL > Madsex. Recueil et analyse d’un corpus de concepts sexuels

Cycle BCL - Andrea Pizarro Pedraza

Madsex. Recueil et analyse d’un corpus de concepts sexuels

Jeudi 07 février 2019 à 10h - Salle 009

Madsex. Recueil et analyse d'un corpus de concepts sexuels

La motivation sociale du tabou linguistique est amplement reconnue dans la bibliographie (Crespo Fernández 2015 ; Casas Gómez 2009 ; Pizarro Pedraza 2018b ; Allan & Burridge 2006 ; Allan 2018). Pourtant, les études empiriques sur sa variation sociolinguistique sont rares, surtout en langue orale.
L’analyse du langage tabou fait face à deux problèmes majeurs : le choix d’un corpus adéquat et les difficultés méthodologiques lors de l’analyse. En espagnol, les corpus oraux disponibles manquent d’expressions taboues suffisantes et de l’information sociale nécessaire. De plus, l’intense variation dans l’expression des concepts tabous (métaphores, métonymies, expressions vagues, etc.) limite l’utilisation d’outils de fouille de données massives.
En premier lieu, pour faire face au problème des données, la création d’un corpus oral à Madrid sur le sujet de la sexualité a été proposée. La méthodologie a été planifiée pour recueillir des données abondantes et comparables, aussi bien linguistiques que sociales. Un questionnaire a été conçu pour éliciter indirectement les concepts sexuels lors d’interviews enregistrées face à face. Pendant le travail de terrain, 54 interviews ont été recueillies dans deux quartiers de Madrid. Le corpus est stratifié par sexe, âge et niveau éducatif, bien que d’autres informations sociales sont aussi présentes. Après la transcription, le Corpus Madrilène Oral de la Sexualité (MadSex) atteint à peu près 1 million de mots et inclut des concepts sexuels très variés (cf. Pizarro Pedraza 2018d).
Puis, un cadre théorique mixte appelé « la Sociolinguistique Cognitive de la Troisième Vague » a été adopté pour faire face aux problèmes d’analyse de la variation sémantique. Cet approche se base sur une vision plus sociolinguistique de la récente Sociolinguistique Cognitive (Janicki 2006 ; Kristiansen & Dirven 2008 ; Geeraerts et al. 2010 ; Pütz et al. 2012 ; Pütz et al. 2014 ; Geeraerts & Kristiansen 2014), en adoptant les postulats de la Third Wave des études de variation (en termes de Eckert 2005, 2009). Cela suppose la compréhension de la variation en tant que pratique(s) stylistique(s) et non pas comme reflet direct des catégories macrosociologiques des locuteurs.
Dans ce contexte, ce travail analyse ce que signifie la variation sémantique des concepts sexuels pour les locuteurs. Concrètement, les questions de recherche ont porté sur les idées reçues sur le tabou linguistique : la relation « femme et tabou » (Est-ce que la sexualité féminine est plus tabouisée ? Est-ce que les femmes s’expriment de façon plus indirecte ?), les stratégies sémantiques pour l’expression du tabou (Quelles sont les stratégies préférées ? Sont-elles liées aux facteurs sociaux ou contextuels ?), ou la distance entre la langue orale et écrite pour l’expression du tabou (Sont-elles comparables ? Peut-on extrapoler les résultats des analyses du tabou en langue écrite au comportement oral ?), entre autres (cf. Pizarro Pedraza 2015, 2018a,c, Pizarro Pedraza & De Cock 2018).
Les résultats diffèrent ou nuancent considérablement la bibliographie, en nous apportant une connaissance empirique du phénomène du tabou linguistique en interaction. Ils confirment, de plus, la nécessité d’études d’un phénomène central mais longuement négligé.

Références
Allan, Keith, ed. (2018). The Handbook of taboo words and language. Oxford : Oxford University Press.
Allan, Keith and Burridge, Kate (2006), Forbidden words (New York : Cambridge University Press).
Casas Gómez, Miguel. 2009. “Towards a new approach to the linguistic definition of euphemism.” Language Sciences 31 (6) : 725–39.
Crespo Fernández, Eliecer. 2015. Sex in Language. Euphemistic and Dysphemistic Metaphors in Internet Forums. London : Bloomsbury
Eckert, P. (2005). Variation, convention, and social meaning. Paper presented at the Annual Meeting of the Linguistic Society of America.
Eckert, P. (2009). Three waves of variation studies. http://www.stanford.edu/~eckert/PDF/ ThreeWavesofVariation.pdf.
Kristiansen, G. & Dirven, R. (Eds.) 2008. Cognitive sociolinguistics. Language Variation, Cultural models, Social systems. Berlin, Mouton de Gruyter.
Pizarro Pedraza, Andrea (2015). Who said ‘abortion’ ? Semantic variation and ideology in Spanish newspapers’ online discussions. Australian Journal of Linguistics, 35, 53-75.
Pizarro Pedraza, Andrea. (2018a). Calling things by their name : Exploring the social meanings in the preference for sexual (in)direct construals. In Pizarro Pedraza, A. (ed.) Linguistic Taboo Revisited. Novel insights from Cognitive perspectives (p. 245-268). Cognitive Linguistics Research Series, Berlin/Boston : Mouton De Gruyter.
Pizarro Pedraza, A. (2018b) Introduction, in Pizarro Pedraza, A. (ed.) Linguistic Taboo Revisited. Novel insights from Cognitive perspectives, Cognitive Linguistics Research Series, Berlin/Boston : Mouton De Gruyter.
Pizarro Pedraza, Andrea. (2018c). Pardon my Spanish : attenuation of taboo through metapragmatic euphemistic formulae. En Eliecer Crespo-Fernández, Taboo in Discourse : Studies on Attenuation and Offence in Communication (p.181-208). Peter Lang.
Pizarro Pedraza, A. (2018d). MadSex : collecting a spoken corpus of indirectly elicited sexual concepts. Language Resources & Evaluation. https://doi.org/10.1007/s10579-018-9435-x
Pizarro Pedraza, Andrea, & De Cock, Barbara (2018). Taboo effects at the syntactic level : reducing agentivity as a euphemistic strategy. Pragmatics : quarterly publication of the International Pragmatics Association, 28(1), 110-135.

publié par Raphaëlle Rebillart-Sauvaigo - mis à jour le