Nos tutelles

CNRS UNS

Nos partenaires

ILF MSHS-SE

Rechercher




Accueil > Pages Perso > Sylvie Mellet > Thèmes de recherche / mots clés

Thèmes de recherche / mots clés

mots cles

Enonciation, dialogisme, altérité

Statistique linguistique, topologie textuelle

Latin, français

 

cadre général

Mon activité de recherche s’organise autour de deux axes fondamentaux :

- l’analyse sémantique des catégories grammaticales et des marqueurs énonciatifs ;

- le traitement quantitatif de ces mêmes catégories grammaticales dans les grands corpus textuels, lemmatisés et étiquetés.

C’est la sémantique grammaticale qui a d’abord été le principal objet de mes recherches, avec notamment une thèse sur l’imparfait de l’indicatif en latin, suivie de plusieurs travaux consacrés aux temps verbaux et à l’aspect, en latin et en français. Le cadre théorique de référence de ces travaux était – et reste – la Théorie des Opérations Enonciatives (TOE) d’Antoine Culioli. Mais, travaillant sur une langue morte , j’ai compris dès mon travail de thèse que les manipulations des paradigmes d’énoncés, propres à la méthodologie culiolienne, ne pouvaient suffire à assurer les analyses et qu’elles pouvaient avantageusement être remplacées ou soutenues par un travail sur corpus textuels pourvu que celui-ci fasse appel à des outils adaptés, propres à embrasser de manière globale et pointue à la fois l’ensemble des données observées. Et, de fait, les méthodes de la statistique linguistique fournissent des pistes intéressantes sur la distribution en contexte des phénomènes observés, notamment à travers l’étude des cooccurrences et des corrélats ; l’exploitation systématique des données quantitatives permet ainsi de passer d’un travail sur paradigmes d’énoncés forgés par le linguiste à un travail sur occurrences attestées, tout en conservant l’essentiel de la méthode heuristique culiolienne. L’intérêt de ce croisement disciplinaire, associant le traitement quantitatif et l’analyse énonciative, se manifeste tout particulièrement lors de l’examen de micro-systèmes mettant en concurrence des formes quasi synonymes ; l’étude des conjonctions concessives et des conjonctions causales du latin classique, celle des connecteurs concessifs adverbiaux du français en ont fourni la preuve, en différenciant très nettement les emplois et le signifié de formes jusqu’ici réputées équivalentes.

Ma recherche se situe donc à l’interface de la linguistique théorique, de la philologie classique, de la statistique linguistique et du traitement automatique des corpus informatisés.


 

publié par Sylvie Mellet - mis à jour le