Nos tutelles

CNRS UNS

Nos partenaires

ILF MSHS-SE

Rechercher




Accueil > Présentation > Equipes de recherche > Dialectologie et Linguistique formelle

Dialectologie et Linguistique formelle

Membres permanents :
Xavier Barillot, Guylaine Brun-Trigaud, Sylvain Casagrande, Richard Faure, Carole de Féral, Pierre-Aurélien Georges, Bohdana Librova, Lucia Molinu, Michèle Oliviéri, Katerina Palasis, Diana Passino, Olivier Rizzolo, Nicolas Trapateau.

 

Membres non-permanents :
Jonathan Bucci, Emilie Caratini, Elisabetta Carpitelli, Giuseppina Cutri, Jean-Philippe Dalbera, Marie-José Dalbera-Stefanaggi, Philippe Del Giudice, David Heap, Jean-Pierre Lai, Albert Malfatto, Maria-Luisa Pignoli, Muriel Poli, Stella Retali-Medori.

 

Présentation :
L’idée centrale développée par notre équipe est que la variation diatopique est le reflet du changement diachronique ; ainsi, nous faisons le pari que la variation dialectale que nous étudions peut nous permettre de reconstruire l’évolution de la langue et de faire des hypothèses sur le fonctionnement du langage. Les recherches s’articulent donc autour de la notion de reconstruction ; elle opère à partir de la comparaison des variétés en usage dans le temps et dans l’espace, visant à reconstruire des systèmes sources et expliciter les mécanismes de l’évolution linguistique, à partir de dialectes d’oc contemporains, de dialectes allemands, de variétés du slave et du latin dans sa filiation indo-européenne.
Les faits diachroniques questionnent les modèles théoriques (en particulier la grammaire générative), notamment phonologiques et syntaxiques, qui ont été trop longtemps bâtis sur les seules analyses synchroniques et/ou sur des langues standards. A l’inverse, les théories modernes font des prédictions concernant les événements diachroniques : elles déclarent tel changement probable ou normal, tel autre incongru, et exercent ainsi un rôle de contrôle sur les résultats philologiques, souvent centenaires. Ce travail diachronique a trait à la phonologie, la morphologie et la syntaxe et s’appuie notamment (pour la partie romane) sur un corpus considérable constitué par la base de données THESAURUS OCCITAN (THESOC) développée au sein du laboratoire et de l’Atlas Linguistique Roman (ALiR).
Dans le domaine de la sociolinguistique, les recherches se focalisent ici sur l’étude des dynamiques de transformation des langues en y intégrant la problématique du contact, à partir de différents types de données empiriques.

 

Axes de recherche  :
- Axe 1 : Du verbe a la phrase
- Axe 2 : Architecture des représentations
- Axe 3 : Lexique : système lexical, motivation sémantique (étymologie), lexicographie
- Axe 4 : Contact de langues

 

Archives :
Voir le rapport d’activité 2011 - 2016