Accueil > Pages Perso > Richard Faure

Richard Faure

MCF -  UNS

Je suis Maître de Conférences à l’Université Côte d’Azur.
Ma recherche et mon enseignement portent sur la linguistique générale, le grec ancien et le latin, notamment sur l’interface entre syntaxe et sémantique et sur les propositions wh- et les complétives. Ils ont aussi une orientation typologique.
Ma thèse a porté sur « les subordonnées interrogatives dans la prose grecque classique », ce qui m’a amené à étudier entre autres des thèmes comme la syntaxe et la sémantique des questions, les verbes d’attitude propositionnelle et leur construction, la subordination, les présuppositions et la factivité.
Je continue à m’intéresser à ces sujets, mais du point de vue de l’architecture de la grammaire.

Enseignements

Mes enseignements sont détaillés dans mon CV

Dernières publicationsHAL

pour l'idHal "richard-faure" :

titre
Time and its categories in Classical Greek: Language and thought
auteur
Richard Faure, Emmanuel Golfin, Elsa Grasso
article
Journal of Interdisciplinary Methodologies and Issues in Science, Journal of Interdisciplinary Methodologies and Issues in Science, 2019, The Time Era, ⟨10.18713/JIMIS-010719-7-11⟩
annee_publi
2019
resume
The conceptions of time are manifold (cyclic, linear, subjective/objective etc.). This is also true of Ancient Greece (Lloyd 1976). However, in Classical Greece certain human sciences arise and evolve at the same time, including History (Herodotus, Thucydides) and Philosophy (Plato, Aristotle), which may share a common notion of time. We explore the idea that these developments are related to what we observe in the language in the same period, namely that the marking of aspect and mood steps back and gives way to a more precise marking of time in the verbal system. This may be due to mutual influences of the categories of language and thought, as already observed in Benveniste (1958).
typdoc
Article dans une revue
Accès au texte intégral et bibtex
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02276221/file/Vol7_art_11Faure-Golfin-Grasso-VF.pdf BibTex
titre
Quand la dialectologie, la diachronie et l'acquisition se parlent : Étude comparative des pronoms sujets en occitan et en français
auteur
Michèle Oliviéri, Georg Kaiser, Katerina Palasis, Michael Zimmermann, Richard Faure
article
P. Sauzet; J. Sibille. SyMiLa 2015: La microvariation syntaxique dans les langues romanes de France, Lambert Lucas, A paraître
annee_publi
2019
typdoc
Chapitre d'ouvrage
Accès au bibtex
BibTex
titre
La structure [Verbe + démonstratif + complétive] chez Thucydide et Xénophon
auteur
Richard Faure
article
Martin Taillade; Julie Gallego; Fabienne Fatello; Guillaume Gibert. Nemo par eloquentia : Mélanges de linguistique ancienne en hommage à Colette Bodelot, Presses universitaires Blaise Pascal, pp.127-142, 2019
annee_publi
2019
resume
Cet article a pour objectif de déterminer les conditions dans lesquelles, en grec classique, apparaît la structure cataphorique qui associe une complétive à un démonstratif qui dépend d’un verbe d’attitude propositionnelle (verbe qui sélectionne une subordonnée). Sur la base de tests statistiques et syntaxiques, nous tentons de mettre en évidence les paramètres pertinents pour expliquer ce phénomène et ses diverses manifestations. L’auteur, la classe sémantique du verbe, le type de complétive, et le type de démonstratif n’ont pas d’effet sur la structure. À l’inverse, l’emploi de formes singulières et simples de démonstratifs, et leur placement dans une position de focus sont pertinents. Notre thèse est donc que la structure [Verbe + démonstratif + complétive] est une façon de montrer que la subordonnée est focalisée. Ce rôle, sans dimension sémantique, ne nécessite pas d’utiliser une forme complexe de pronom.
typdoc
Chapitre d'ouvrage
Accès au bibtex
BibTex
titre
Explaining variation in wh-position in child French: A statistical analysis of new seminaturalistic data
auteur
Katerina Palasis, Richard Faure, Frédéric Lavigne
article
Language Acquisition, Taylor & Francis (Routledge), 2019, 26 (2), pp.210-234. ⟨10.1080/10489223.2018.1513004⟩
annee_publi
2019
resume
The two possible positions for wh-words (i.e., in situ or preposed) represent a long-standing area of research in French. The present study reports on statistical analyses of a new seminaturalistic corpus of child L1 French. The distribution of the wh-words is examined in relation to a new verb tripartition: Free be forms, the Fixed be form c’est ‘it is’, and Other Verbs. Results indicate that a discriminating variable is verb form (i.e., Free vs. Fixed), regardless of verb type (i.e., be vs. Other Verbs), and that there is a correlation between the wh-in-situ position and the Fixed be form. The Fixed be form is thus identified as the component that leads to wh-in-situ utterances, in contrast to other languages such as English. Overuse of the Fixed be form in child speech could also account for the predominance of wh-in-situ in child object questions compared to adjunct questions and child wh-questions in general compared to adult questions
typdoc
Article dans une revue
Accès au bibtex
BibTex
titre
Motivating successive-cyclicity: A and A’ movements in Classical Greek prolepsis
auteur
Richard Faure
article
49th Conference of the North East Linguistics Society, Oct 2018, Ithaca, United States
annee_publi
2018
typdoc
Communication dans un congrès
Accès au texte intégral et bibtex
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02384126/file/Faure%202019%20NELS49%20proceedings%20prolepsis.pdf BibTex
titre
La prolepse en grec ancien et la théorie des phases
auteur
Richard Faure
article
Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, Peeters Publishers, A paraître
annee_publi
2018
resume
In this article, we come back to the Ancient Greek odd phenomenon of prolepsis. The subject of a complement clause is “anticipated” in the matrix clause and fully integrated (the term is in the case assigned by the matrix predicate to its object). Addressing this issue from a syntactic point of view, we pinpoint two neglected aspects. First, we show that the prolepsis is the product of a stepwise derivation: the noun phrase (NP) successively occupies the positions of subject of the complement clause, topic of this clause, and eventually topic of the matrix clause. Second, the question is addressed negatively: the verbs that do not assign a case to their object do not display the prolepsis either, e.g. erōtáō ‘ask’. Finally, we propose to tie the two aspects together by means of Phase Theory. According to Chomsky (2000), an utterance is built through highly constrained steps: the phases. A proleptic NP is taken out of the complement clause to the topic position in the matrix clause. This discourse position is only accessible by passing through two in-between phases, namely that headed by the topic position of the complement clause and that headed by the object agreement position in the matrix verbal phrase (VP). The latter position is crucial in the derivation and must be postulated for independent reasons. Verbs like erōtáō that do not assign case to their object lack it and therefore do not feature the prolepsis phenomenon.
typdoc
Article dans une revue
Accès au bibtex
BibTex
titre
Revisiting Unselected Embedded Questions in the Light of Classical Greek Wh-Clauses
auteur
Richard Faure
article
The linguistic review, Walter de Gruyter & Co, De Gruyter, In press
annee_publi
2018
typdoc
Article dans une revue
Accès au bibtex
BibTex
titre
Poétique de la syntaxe, Rythmique de la langue. Hommages à Michèle Biraud
auteur
Richard Faure, Arnaud Zucker, Sylvie Mellet
article
A.D.R.A.-De Boccard, 2017, Poétique de la syntaxe, Rythmique de la langue. Hommages à Michèle Biraud
annee_publi
2017
typdoc
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier
Accès au bibtex
BibTex
titre
Εἰ + futur : un cas atypique de proposition complétive en grec classique
auteur
Richard Faure
article
Frédéric Lambert; Rutger J. Allan; Theodore Markopoulos. The Greek Future and its History. Le futur grec et son histoire, Peeters, pp.111-128, 2017, Bibliothèque des Cahiers de Linguistique de Louvain, 978-90-429-3513-6
annee_publi
2017
resume
Cet article traite des moyens grammaticaux pour exprimer la position du locuteur quand elle est orientée vers des événements futurs. Alors que les prédicats cognitifs entretiennent une relation de certitude avec ces événements, les prédicats émotifs et évaluatifs dissocient la référence temporelle et le doute inhérent au futur par la grammaticalisation d’une sorte de conditionnelle atypique (εἰ + futur) en complétive.
typdoc
Chapitre d'ouvrage
Accès au texte intégral et bibtex
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01883863/file/ei_futur_format%C3%A9.pdf BibTex
titre
Un étonnant Protée (syntaxique). Le verbe θαυμάζω
auteur
Richard Faure
article
Richard Faure; Arnaud Zucker; Sylvie Mellet. Poétique de la syntaxe. Rythmique de la langue, A.D.R.A.; De Boccard, pp.69-95, 2017
annee_publi
2017
resume
Un étonnant Protée syntaxique Le verbe θαυμάζω Richard Faure Résumé. Dans cet article, nous revenons sur les questions soulevées dans l'article de Michèle Biraud (1999) sur le verbe θαυμάζω 'être surpris'. À première vue, ce verbe accepte bien plus de types de complétives que n'importe quel autre verbe décrivant un état ou un processus mental. Θαυμάζω se comporte comme s'il était à la fois un verbe de connaissance, d'interrogation et d'émotion. Néanmoins, après un réexamen du sens et de la distribution des propositions en εἰ, des exclamatives et des interrogatives avec ce verbe, nous proposons que les trois traits sémantiques n'ont pas toujours la même importance. Au contraire, dans chaque situation, l'un d'entre eux seulement est saillant et θαυμάζω prend le sens soit d' 'être surpris', soit de 'demander avec surprise', soit de 'remarquer avec surprise', en fonction de la construction dans laquelle il entre. Subsiste malgré tout un problème : quand on regarde les constructions des classes de verbes (connaissance (par ex. οἶδα), émotion (par ex. χαίρω), interrogation (par ex. ἐρωτάω)), certaines constructions sont susceptibles d'activer plusieurs de ces sens, (les exclamatives devraient activer 'être surpris' et 'remarquer avec surprise', les interrogatives, 'demander' et 'remarquer'). On se rend compte que θαυμάζω est en réalité une sorte de verbe défectif au sens où toutes ses variantes n'ont pas autant de constructions qu'attendues (avec les exclamatives, son sens 'remarquer' est activé, mais pas son sens 'être surpris' ; avec les interrogatives, son sens 'demander' est activé, mais pas son sens 'remarquer'). Abstract. In this article, we come back to the issues raised in M. Biraud's (1999) article on θαυμάζω 'be surprised'. At first glance, this verb accepts much more types of subordinate complement clauses than any other predicate describing a mental state or process. Θαυμάζω behaves as if it were a verb of knowledge, interrogation and emotion at the same time. However, on the basis of the meaning and distribution of εἰ-, exclamative and interrogative clauses, we suggest that these three semantic features do not always have the same importance. Rather, one of them is always salient in the context, so that θαυμάζω (roughly) means either 'be surprised', 'ask with surprise', or 'notice with surprise', depending on the construction it is involved in. However, there remains an issue. Certain constructions should activate several meanings, if we think of the constructions of other verb classes
typdoc
Chapitre d'ouvrage
Accès au texte intégral et bibtex
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01883866/file/FAURE-thaumazo.pdf BibTex
  • + de résultats dans la Collection HAL du laboratoire BCL
  • Voir l'ensemble des résultats sur la plateforme HAL