Accueil > Formation > Doctorat > Thèses en cours > La conception linguistique d’Abel Mathieu (1520 ? - 1572 ?)

Alina Sirotenko [2017 - ]

La conception linguistique d’Abel Mathieu (1520 ? - 1572 ?)

Sous la direction de Véronique Montagne & Elena Mikhailova (Université Scientifique d’État de Belgorod)

Ce projet de recherche porte sur la conception linguistique d’Abel Matthieu, exposée dans les trois éditions de son traité Devis de la langue française (1559, 1560, 1572). Il s’inscrit dans la continuité des recherches sur l’héritage linguistique de la Renaissance qui se sont considérablément intensifiées depuis ces dernières decenies. Ce vif intérêt pour les acquis théoriques et pratiques de cette époque tient principalement au fait de la revalorisation du rôle de la Renaissance dans le cours de l’histoire linguistique européenne. Ainsi les spécialistes contemporains sont unanimes à considérer le XVIe siècle comme une étape décisive liée à l’établissement des traditions linguistiques nationales et à l’élaboration de nouvelles approches en matière de la description grammaticale des vernaculaires.

La prise en compte de tout le système d’approches applicables à l’étude de la tradition linguistique française de la Renaissance nous a permis de confirmer que l’analyse des reflexions sur la langue des représentants concrets de l’époque reste le plus approprié. Une telle approche nous permettrait de considérer la tradition en tant que le reflet d’une réalité linguistique et extralinguistique à travers un paradigme scientifique personnifié, c’est-à-dire à travers une vision subjective de l’auteur.

Malgré l’existence d’un vaste champ de recherche relatif à l’étude des textes linguistiques des humanistes français du XVIe siècle, on constate tout de même un bon nombre d’oeuvres inconnues, de conceptions mal éclairées et de noms quasi oubliés, restés pour différentes raisons en dehors des recherches historico-linguistiques. Parmi ces derniers figure Abel Matthieu.

Dans l’historiographie de la linguistique occidentale le vrai intérêt pour l’héritage linguistique d’Abel Matthieu ne s’est manifesté qu’à la fin du siècle dernier grâce aux contributions de F-J. Hausmann (1981), G.P. Norton (1985), D. Trudeau (1992), T. Peach (1993), S. Baddeley (1993), M. Huchon (2000), А. Jacquetin-Gaudet (2008), toutes relevant des centres d’intérêts et des objectifs différents. Dans l’historiographie de la linguistique russe le nom et l’oeuvre d’Abel Matthieu ne sont connus que dans le cercle restreint des spécialistes. De ce fait, les réflexions d’Abel Matthieu sur la langue française nécessitent, à notre avis, des études complémentaires plus complexes qui pourraient contribuer non seulement à mieux saisir l’essentiel de sa conception linguistique, mais aussi à approfondir notre connaissance du XVIe siècle.

Notre analyse consiste donc en une étude approfondie de la conception linguistique d’Abel Matthieu en tant qu’une partie intégrante de la tradition linguistique française du XVIe siècle et plus largement de la tradition linguistique européenne de la Renaissance. Afin d’atteindre cet objectif et mieux appréhender l’objet de la recherche nous comptons : 1) Caractériser les conditions historiques et socio-linguistiques en France au XVIe siècle qui ont favorisé la naissance de la tradition linguistique nationale ; 2) Étudier l’histoire des trois éditions de Devis, leur forme et leur traits stylistiques particuliers ; 3) Dans le cadre des réflexions d’Abel Matthieu faisant l’apologie de la langue française, étudier celles qui portent sur la nature, l’origine et les moyens d’enrichissement du français ; 4) Analyser la description du système grammatical de la langue française entreprise par A. Mathieu dans les trois éditions de son traité ; 5) Mettre en évidence la singularité de la terminologie grammaticale utilisée par А. Matthieu dans les trois Devis ; 6) Définir les traits spécifiques de l’exemplification dans la description grammaticale chez Abel Matthieu.

L’originalité scientifique de notre recherche réside, en premier lieu, dans l’étude approfondie d’une des conceptions linguistiques les moins connues du XVI siècle – celle d’A. Matthieu. En deuxième lieu, son originalité est liée à l’analyse simultanée des textes des trois éditions de Devis de la langue francoyse (1559, 1560, 1572) dans le but de suivre l’évolution de la réflexion de leur auteur (un aspect qui nous paraît capital pour comprendre et caractériser sa conception linguistique) . Enfin, l’originalité de notre recherche consiste à définir les particularités du genre de « réflexions sur la langue » utilisé par A. Matthieu en tant que genre métalinguistique à part qui s’inscrit dans une démarche pré-scientifique de son époque.

publié par Pierre-Aurélien GEORGES - mis à jour le